Extrait de "Le miroir des âmes simples et anéanties" de Marguerite Porete

Chapitre 24. En quel temps ces âmes sont en la droite liberté de Pur Amour


« Raison : Eh bien, Amour, quand donc ces âmes sont-elles en la juste liberté de Pur Amour ?

Amour : Lorsqu’elles n’ont aucun désir, ni sentir d’aucune façon, ni la moindre affection d’esprit en aucun moment ; en effet, un tel exercice les asservirait, parce qu’il est trop éloigné de la paix de liberté, à laquelle peu de gens s’abandonnent. Aussi ne font-elles rien qui soit contre la paix de leur état intérieur, et ainsi portent-elles en paix les dispositions d’Amour.

Les personnes qui vivent cela sont en une plénitude telle, qu’elles ont le soleil divin au-dedans d’elles, sans mendier au-dehors, et par là elles peuvent garder la pureté du cœur ; et personne d’autre qu’elles n’a connaissance de ce qui les dépasse ; et si elles n’en avaient pas connaissance, elles pourraient mendier auprès de ce qui ne les dépasse pas, mais elles ne pourraient pas être satisfaites ainsi.

Ces âmes sont seules en toutes choses et communes en toutes choses, car elles ne perdent pas la liberté de leur état, quelque chose qui leur advienne. En effet, tout comme le soleil reçoit la clarté de Dieu et luit sur toutes choses sans en contracter aucune impureté, de même ces âmes reçoivent-elles leur état de Dieu et en Dieu, sans en contracter d’impureté, quelque chose qu’elles voient ou entendent hors d’elles-mêmes. »